Françoise MATTHEY, née à Strasbourg en 1949, vit dans le Jura suisse. Profession d’éducatrice spécialisée, bibliothécaire et médiathécaire. Elle se consacre aujourd’hui à l’écriture.

Poèmes et récits poétiques, dont : La première parole (1990), De feu de miel (Empreintes1994), Comme Ophélie prenait dans l’eau sa force (Empreintes, 2000, avant-propos d’Henri Bauchau, prix Schiller), Moins avec mes mains qu’avec le ciel (Empreintes, 2003), Le Transparent (l’Aire, 2013, sélection Lettres Frontières 2014), Dans la lumière oblique (l’Aire, 2019). Egalement L’Obscurité diaphane (Couleurs d’encre, 2019) poèmes accompagnés de peintures de Claire Nicole.

Invitée des Salves poétiques 2015 à Morges.

Comme les noix

dans les mains de nos mères

les rimes éclateraient

 

on dégagerait les hymnes

les cadences

 

Le coeur bondissant

les paumes offertes

on devancerait la joie

 

L’or dans la poussière des seuils (Empreintes, 2009)